Mais qu'est ce que POMPOM PARIS?

Lola Rykiel Pompom Paris

Crédit photo Corentin Fohlen

Depuis petite et jusqu’à mes vingt-cinq ans, j’ai rêvé d’être danseuse. Comme cela arrive souvent, la vie en a décidé autrement. Plus que de la danse en elle-même, je raffolais de cet univers qui partageait de nombreux points communs avec celui de la mode, dans lequel j’ai grandi.


J’admirais le style mi-négligé mi-discipliné de mes camarades de classe lorsque j’étudiais à l'école Martha Graham de New York ; mes "style icons" étaient Rudolf Nourreev, Mikaîl Baryshnikov, Marie-Agnès Gillot, Marie Claude Pietragalla, non pas lorsqu’ils.elles étaient sur scène, en costume et tout apprêté.e.s, mais plutôt lorsqu’ils.elles étaient photographié.e.s à la volée dans les coulisses ou en répétitions.

Pompom paris

Le style du danseur en plein travail se compose d’un mélange de nippes informes, de tricots et de justaucorps collants, souvent abimés et rapiécés mais vivants grâce au mouvement du corps qui les habite. Les matières sont toujours douces, à la fois enveloppantes et légères, faciles à enlever, à envoyer valser comme les pétales d’une fleur et à ré-enfiler d’un coup au moindre courant d’air. 

Finalement, pourquoi ces tenues insolentes et improbables seraient-elles réservées aux danseurs et gardées à l’abri dans les salles de classe ? Pourquoi ne pas mettre un cache cœur pour aller au bureau, ou se rendre à une soirée chic en survêtement et chaussures plateformes ?

Marilyn Monroe

A l’image de Marilyn Monroe, chantant « My heart belongs to Daddy » en gros pull et collant noir dans Le Milliardaire, la femme Pompom se sent élégante et sensuelle dans des vêtements amples ; elle adore mélanger le très près-du-corps et le velours extra-large, brouiller les frontières entre les supposés féminin / masculin et troquer les tons fades des tenues destinées au confort de l’intimité pour une explosion de couleurs démentes à porter dans la rue.

Just arrived